FR | EN

Bouclard N°1

Bouclard est une maison d'édition nantaise, son premier né est le numéro 1 d'une revue semestrielle sur la littéraure : Bouclard. Ce terme vient de l'anglais "book" et défini en argot une librairie et par extension, un commerce de proximité. J'ai lancé cette revue avec mes deux associés : Benjamin Reverdy et Clément Le Priol, dans cette équipe, je suis en charge de la direction artisitique et de la création typographique.

Illustration de couverture : Groduk + Boucar / Illustration Le lièvre et la tortue : Julia Wauters.
64p. / 23 x 17 cm / Couverture : Freelife Vellum 215 g / Intérieur : Arcoprint Milk 120 g / Quadrichromie.

   


"

"

"

Une mise en pages aérée

Bouclard n'est ni un livre, ni un magazine mais bien une revue littéraire, la place est donc laissée au texte avec de grandes marges offrant un espace de respiration et une place pour les notes. Des photos et des illustrations accompagnent les textes, le tout imprimé sur de l'Arcoprint Milk 120 g (Fedrigoni) confortable pour la lecture.

"

"

"

Des pictogrammes spécifiques

Des pictogrammes spécifiques ont été réalisés afin d'illustrer des parties de la revue, principlament les trois sujets longs. De droite à gauche : un picto pour la publicité, un sujet sur une bibliothèque du paranormal, un texte sur un poète/boxeur : Arthur Cravan et enfin un article sur le doyen d'un doyen de l'Oulipo à Clémentine Mélois.

"

"

Une typographie sur mesure

Très vite posée la question de la création typographique sur mesure, tant elle est centrale dans la transmission du texte mais aussi dans l’expression de ce qu’est le ton et l’identité d’une revue. L’idée a été de concevoir une famille de caractère exclusive avec une même logique esthétique mais des styles différents permettant de répondre à tous nos besoins : logo, titres, intertitres, textes, citations, légendes…

"

"

"

"

"

"

"

"

"

"

Bouclard : une grande famille

Afin d’avoir une flexibilité et une liberté de ton, j’ai imaginé Bouclard comme une « super-famille », c’est-à-dire que j’ai créé des variantes à partir d’un même squelette, d’une même logique de design. Le but est donc d’apporter une cohérence visuelle à la revue tout en nous permettant de jouer sur des niveaux de lecture et des tons différents.

"

"